Jarvis équipe le Ministère de la Justice du Mali

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Une vision moderne et innovante de la justice au service du peuple malien

La justice malienne est confrontée depuis plusieurs années à une problématique simple mais aux conséquences graves : les greffiers sont peu formées et doivent s’accommoder de conditions de travail rendues difficiles par un faible taux d’équipement. Les notes et compte-rendu d’audience s’avèrent pratiquement inexploitables dans la grande majorité des cas. Dès lors, rendre la justice sur la base de dossiers étayés et documentés devient une gageure pour les juges.

Les commissariats et gendarmeries du pays rencontrent les mêmes difficultés ; les compte-rendu des auditions et des interrogatoires ne sont pas exploitables et rendent l’instruction des dossiers très compliquée.

Les notions de stockage et d’archivage sont également un souci majeur. Le temps de la justice est parfois, souvent, un temps long. La conservation sur le long terme des dossiers et des pièces qui le constituent est une nécessité pour garantir une justice équitable. Là aussi, les enjeux sont majeurs et les conditions difficiles : les locaux et les équipements ne sont pas ou peu adaptés à la conservation de tels documents.

Sous l’impulsion du Garde des Sceaux et Ministre de la justice du Mali, M. Mamadou Konate, un projet de transformation digitale de la justice a vu le jour. Ce projet s’articulait autour d’une solution de gestion qui devait répondre à trois enjeux majeurs : proposer une solution de numérisation de documents afin de centraliser toute information relative à un dossier instruit, proposer une solution d’enregistrement numérique et de transcription automatique, offrir une forte capacité de personnalisation pour s’adapter aux pratiques propres à chaque entité équipée.

Le ministère a alors lancé une consultation auprès de plusieurs éditeurs, essentiellement européens, pour se doter d’une solution innovante et répondant aux contraintes locales, tant techniques que financières. Jarvis Legal s’est imposée comme la solution de gestion entièrement hébergée et ouverte sur l’écosystème à travers sa puissante API, et qui répondait à l’ensemble des critères posés dans l’appel d’offres.

Jarvis Legal gagne l’appel d’offres

Nous avons passé de nombreuses heures à construire l’offre qui a su séduire le ministère de la Justice du Mali. Cela a été un vrai défi, tant technique (il fallait intégrer des fonctions que nous n’avions pas à l’époque) que financier (le projet a été financé par les Pays-Bas au travers de son Ambassade au Mali). Pour autant, nous avons été le seul éditeur capable de répondre sur la totalité des demandes émises.

Notre offre intégrait bien sûr la solution de gestion pour avocats et professionnels du droit, classée 1ère pour la troisième année consécutive par le magazine Décideurs, mais également des dictaphones numériques et des scanners haute performance. Ces équipements ont été tout spécialement sélectionnés pour leur capacité à se connecter à Jarvis Legal via leurs API.

Le travail ne faisait alors que débuter pour notre équipe R&D. Il a fallu relever de nombreux défis pour intégrer parfaitement ces différents services et les rendre simple d’utilisation pour les utilisateurs.

Un travail préparatoire rigoureux

Une fois le marché remporté, une première mission a été réalisée à l’été 2017. Elle visait à rencontrer les personnes impliquées dans le projet et à auditer les lieux qui seraient équipés de Jarvis Legal. Bien que facile à déployer car entièrement hébergée, Jarvis Legal requiert malgré tout deux éléments essentiels pour fonctionner : une connexion Internet (une simple connexion ADSL suffit) et un ordinateur. Or les sites visités n’étaient pas ou très mal équipés. Les autorités locales ont fait preuve d’une grande réactivité en lançant la commande des matériels et des connexion Internet nécessaires au déploiement de Jarvis Legal.

En parallèle, nos équipes R&D ont travaillé à l’intégration des API des scanners et dictaphones numériques fournis dans le cadre de l’appel d’offres. Elles ont aussi travaillé à l’intégration du service de reconnaissance vocal, capable de s’améliorer en continu grâce à un apprentissage autonome de type neuronal.

Il fallait notamment relever le défi de la simplification des manipulations pour faire en sorte qu’un utilisateur puisse facilement scanner un document en le déposant directement dans le bon dossier. Ou qu’il puisse enregistrer une audience, une plaidoirie ou une déposition et simplement déposer le fichier dans Jarvis Drive pour lancer ensuite sa transcription, le transformant automatiquement en document Word déjà rédigé, et en quelques secondes.

Un déploiement réussi

La mission de déploiement a été réalisée en Janvier 2019. Elle s’est déroulée sur une semaine, à Bamako et dans les villes environnantes. Le secrétaire général du Ministère de la Justice du Mali et M. l’ambassadeur des Pays-Bas au Mali ont inauguré à cette occasion le lancement officiel de Jarvis Legal.

Au-delà du déploiement de la solution de gestion, nous avons pris en charge la formation des futurs utilisateurs ainsi que des administrateurs locaux. Nous les avons également accompagnés dans la configuration et la personnalisation de leurs espaces, chaque site disposant de son environnement propre. Les équipements ont également été déployés sur chaque site.

Nous avons été particulièrement été impressionnés par la concentration et l’implication des intervenants sur place. C’est grâce à eux que le projet a été un succès et a pu être mis en œuvre dans les meilleures conditions.

Une justice mieux armée face aux enjeux d’aujourd’hui et de demain

Avec Jarvis Legal, les tribunaux, gendarmeries et commissariats peuvent désormais numériser les documents des dossiers instruits, les enregistrer dans une base unique et sécurisée et ainsi partager des informations communes qui seront consultables par les personnes habilitées. Ces dernières pourront donc s’appuyer sur des informations fiables et pérennes pour rendre leurs décisions.

Les compte-rendu d’audience et les dépositions sont automatiquement rédigés et enregistrés dans le bon dossier. C’est un gain de temps considérable pour l’ensemble des intervenants. La qualité des informations atteint un niveau de qualité et de fiabilité inégalé jusque-là.

Les juges disposent enfin de d’informations complètes, détaillées et de qualité, dont la chronologie des faits et des décisions sont indiscutables. Les informations sont centralisées, de telle sorte que toute personne habilité consulte les documents toujours à jour. Les greffiers gagnent un temps précieux pour un résultat d’une qualité sans équivoque.

Une première étape qui en appelle d’autres

Ce projet n’est que la première brique de la transformation digitale engagée par le gouvernement malien. D’autres besoins peuvent être couverts par de nouvelles solutions innovantes comme l’état civil et le recensement mais également la gestion du cadastre. Ces deux exemples sont de formidables leviers pour l’état malien qui peut ainsi mieux appréhender les choix qui l’engageront dans les prochaines décennies.